Pages Navigation Menu

Des bijoux, des parures et des joyaux

Un bijou d’Orient

Un bijou d’Orient

Mais de quel Orient ? En caricaturant énormément, avec toutes les erreurs et les faussetés qui viennent des approximations, on peut dire qu’il y a trois Orients plus un pour les bijoux. De la Méditerranée toute proche aux palais chinois et japonais, des splendeurs de l’Inde aux hauts-plateaux et aux steppes des tribus nomades, découvrez les Orients des Bijoux.

Les bijoux du Moyen-Orient

Le Maghreb, le monde Arabe aiment beaucoup l’or pour les femmes, et l’interdisent aux hommes, qui doivent se limiter à l’argent, si ils sont religieux. Les bijoux sont abstraits.
L’interdit de l’Islam sur la représentation du vivant interdit les bijoux en forme d’animaux et – théoriquement – à forme humaine, sauf si elle est extrêmement stylisée, comme la Khamsa, qu’on appelle aussi main de Fatima, ou de Fadma. Il est courant de porter des pendentifs représentant une calligraphie, la chââda, une sourate du Coran, ou, plus prosaïquement, un prénom. Les formes abstraites qui décorent les bijoux varient, selon qu’elles se rattachent à la tradition des bijoux berbères, qui seront plus géométriques, ou des bijoux arabes, qui seront plus « floraux ».

Bracelet

Bracelet berbère traditionnel, en argent décoré de pierres dures et d’émail

Lors de son mariage, la femme est parée d’or, même si les bijoux sont empruntés. Elle porte traditionnellement une grande ceinture ouvragée, qu’on appelle Hezama, de grandes chaînes doubles, attachées par des fibules, de nombreux bracelets, des boucles d’oreille et un diadème. Sa dot lui appartient, et doit théoriquement comprendre sept bracelets d’or. Sa parure est le patrimoine familial, elle peut être revendue en cas de difficultés, puis rachetée…

Les orfèvres étaient souvent des juifs. Ils ont développé des techniques très particulières, mêlant l’argent et l’or dans des bijoux appelés « Lune et Soleil ».

Dans les bijoux traditionnels, les pierres précieuses sont rares. On trouve souvent de grosse boules d’ambre gris, du corail, des turquoises, des émaux, et parfois des perles.

Les bijoux d’Inde

L’Inde est un des premiers producteurs de diamant. Les mines de Golconde, qui ne sont plus exploitées, ont fourni de nombreux diamants célèbres, comme le Koh I Noor ou le Beau Sancy. Les trésors des maharadjahs sont fabuleux. Selon l’époque où le bijou a été créé, les pierres seront taillées ou simplement polies, toujours mises en valeur dans de riches montures ouvragées. Les bijoux sont nombreux, les femmes enfilent des collections de bracelets, aux poignets, aux chevilles, portent aussi des chaînes attachées aux doigts, à la narine. Les cheveux sont parés, les oreilles, on est dans l’abondance, l’excès.

Parure de mariage indienne

Parure de mariage indienne.
Trois pièces ornées de strass et de pierres dures

Les couleurs sont vives, les bijoux utilisent toutes sortes de gemmes, mais les bijoux de femmes restent, individuellement, légers et aériens. C’est l’abondance, la multiplication, quand les femmes sont tellement parées qu’on a du mal à voir la peau, qui peut donner une impression de lourdeur – lourdeur qui correspond au poids des bijoux.

Les hommes aussi se parent : boucles d’oreilles, bagues, bijoux de nez, ceintures… les armes d’apparat sont extrêmement décorées, même si elles sont – malgré tout – pourvues d’une lame tranchante.

Les bijoux asiatiques

Les pierres précieuses sont toujours très appréciées – c’est en Asie qu’on trouve les rubis les plus beaux – mais on entre dans le royaume du jade, des perles et de la nacre. Les bijoux asiatiques sont complexes, ouvragés, délicats. Les formes animales sont recherchées, dragons, insectes. Le jade est très recherché, présent dans la plupart des pièces anciennes.

Paire de boucles d'oreille jade et diamant

Boucle d’oreilles jade et diamants

Dans certains pays, comme le Japon, l’habit traditionnel ne favorise pas le port de colliers. Mais les parures de tête sont très ouvragées. Le Japon a par ailleurs développé un art très particulier, celui des netsuke, petits objets de bois ou d’hiver, délicatement sculptés, qui servaient à attacher des cordelettes, et porter des objets suspendus à la ceinture, en l’absence de poches.

La Chine, a une époque, avait aussi « son » bijou, qui était le protège-ongle des lettrés. Ceux-ci, pour prouver qu’ils n’avaient à exécuter de travaux manuels, se laissaient pousser des ongles extrêmement longs, qui étaient ensuite protégés dans de précieux étuis en or, ouvragés, ornés de pierres précieuses.

Les bijoux des tribus

C’est le quatrième Orient, celui des tribus retirées, des nomades et des bijoux ethniques. Loin des orfèvres des villes, de nombreuses tribus ont développés des bijoux qu’on appelle maintenant « ethniques », et qui sont étrangement proches de ceux portés par les tribus nomades d’autres régions.

Femme tibétaine avec sa coiffure de turquoises.

Femme tibétaine avec sa coiffure de turquoises.

Les lourdes coiffes ornées de turquoises porte-bonheur des femmes des haut plateaux tibétains rappellent certains bijoux d’Amérique du Sud, les volutes géométriques des bijoux Miao ont des motifs berbères. Dans ce monde, les bijoux polynésiens tiennent une place totalement à part : bijoux nés de la mer, ils allient les coquillages aux perles, et présentent des formes complexes, qu’on retrouve dans les tatouages.

 

<

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

wholesale jerseys cheap nba jerseys nfl jersey cheap