Pages Navigation Menu

Des bijoux, des parures et des joyaux

L’opale est la pierre d’Avril

L’opale est la pierre d’Avril

Avril est le mois de l’opale, et cela tombe bien car, depuis que j’ai découvert les créations de David Freeland, je suis tombée en amour avec cette pierre aux nuances fascinantes. L’opale est, à la base, un composé de silice.

Elle est connue depuis la plus haute antiquité, d’ailleurs son nom provient d’un mot sanskrit qui veut dire « pierre précieuse ».

En plus de l’opale blanche, les opales de feu, en provenance du Mexique, et les opales noires, en provenance d’Australie, sont particulièrement appréciées. Enfin, il ne faut pas oublier une opale blanche, sans iridescence, plus connue sous le nom de cacholong.

Elle a eu longtemps une réputation de porter malheur. Réputation aujourd’hui totalement oubliée. Depuis la découverte des gisements australiens, les joailliers s’en sont emparés et l’utilisent régulièrement. Pierre fragile et cassante, elle peut être travaillée en cabochon, pour s’insérer dans des bijoux classiques, en incrustations, comme le fait David Freeland, ou avec sa forme brute, autour de laquelle le joaillier va construire son bijou.

Pour célébrer la pierre du mois d’avril, voici quatre joailliers français qui en font des merveilles, un pour chacune des « couleurs » de l’opale.

L’opale aux Menukis de la Maison Auclert

Le plus beau des bijoux, c’est cette création de la Maison Auclert, qui se spécialise dans la création de bijoux incorporant des antiquités.

Collier en or avec un cabochon central en opale

Collier « Menuki Shishis » et opale blanche, par la Maison Auclert

Les deux lions en or qui tiennent l’opale sont des ornements de sabre japonais, des Menukis. Ces ornements ont une fonction utilitaire : ils sont fixés par un long ruban de soie (le tskua-ito) sur le manche du sabre (tsuka), et ils permettent de bien le tenir en évitant que les doigts glissent sur un long manche lisse. Comme les menukis ne sont pas fixés sur le sabre, on peut imaginer que ceux-ci étaient destinés aux cérémonies et remplacés par des menukis plus simples, en bronze, lorsqu’il s’agissait réellement de se battre. Ou qu’ils appartenaient à un très riche samouraï !

Le Shishi est une figure de lion protecteur : c’est le lion gardien des palais impériaux chinois, qui a été introduit dans la culture japonaise via la Corée. Au Japon, on les appelle parfois « chiens lions », sans qu’on sache réellement si c’est une référence au Chow-Chow ou à l’expression « Chien Coréen ». Ceux-ci datent du XVII° , la période Edo qui est un moment de prospérité, de stabilité et d’essor artistique.

J’aime tout dans ce collier, à commencer par la superbe opale, mais aussi la transformation d’un ornement militaire et masculin en bijou féminin et raffiné, le symbolisme de la protection, la préservation de l’antique qui voyage de l’Asie à l’Occident. Les bijoux ont une histoire, celui-ci en a plusieurs.

Les embrasements mexicains de Lydia Courteille

Tout comme Marc Auclert, Lydia Courteille est à la fois antiquaire et joaillère. Je vous ai déjà parlé de sa collection Les Jardins de Xochilmico avec sa superbe bague araignée, et quand je pense « opale de feu« , c’est immédiatement ses créations qui me viennent à l’esprit.

Je vous montrerais bien toute la collection, mais pour vous montrer la splendeur intense des opales de feu, mexicaines comme les Jardins, je vous ai choisi deux bagues :

La bague lézard, de Lydia Courteille

Bague lézard avec une grosse opale de feu brute

La bague lézard est ainsi, avec une énorme opale de feu brute, sertie dans de l’or noir. Deux lézards se promènent tranquillement, avec le corps incrusté de grenats verts et les yeux de rubis. La monture représente comme des branches ligneuses, on peut voir l’opale comme un énorme fruit, ou un trésor révélé par la végétation, au coeur des jardins.

Bague tortue de Lydia Courteille

Bague tortue dans la collection des Jardins de Xochilmico

La bague tortue est moins végétale. La carapace est aussi une très grosse opale de feu brute, aux reflets verts et jaunes, le bas de la carapace est un pavage de saphirs oranges. Le corps de la tortue, comme celui des lézards, est en grenats verts, avec des yeux de rubis. La monture est en or jaune incrusté des mêmes grenats et saphirs.

Les paysages marins de Thierry Vendôme

Thierry Vendôme est un normand, de la Hague, ce rivage aux paysages sauvages et aux hautes falaises battues par le vent et les intempéries de la Manche.

Il utilise parfois (notamment dans sa collection Beijing) des pièces antiques, énormément les opales dans des bijoux-paysages troublants, qui sont comme des tableaux modernes.

Pendentif rectangulaire avec une plaque d'opale

« Marée Haute », un pendentif or or et opale noire

Ses « marées » utilisent des agates ou des opales pour recréer le paysage marin, l’étagement de la plage, des vagues, du ciel et des nuages. « Marée Haute » est fait avec une opale d’Australie, brute, non polie, quasiment méconnaissable, et des motifs en or sablé. L’ensemble est beau, entre l’abstrait et le figuratif.

Bague or noir et opale noire

Bague avec un cabochon d’opale noire et une monture en or noirci.

‘Corde » est aussi un bijou fascinant, avec une monture qui est comme un enroulement de cordage qu’on est en train de jeter d’un bateau, en or noirci, et un cabochon d’opale éclatant de luminosité.

Et pour finir, une bague que j’apprécie particulièrement parce que cet amoureux de la mer a su transformer en beauté un événement qui a été une catastrophe pour ces rivages, le naufrage de l’Erika et la marée noire qui a suivi.

Bague moderne par Thierry Vendôme

« Marée Noire », une bague en or noir et opales noires

Or noirci, qui se transforme en matière visqueuse et opaque, avec, sur les bords, le bleu intense de la mer qui survit, deux superbes opales noires rehaussées de saphirs… cette bague est une sculpture.

Les fantaisies de Garnazelle

Garnazelle est une joaillière française qui a choisi, pour sa marque, le nom de la grenouille en solognot. Beaucoup de ses bijoux font référence à cet univers champêtre, avec, bien sûr des grenouilles dans toutes les positions, aussi des lapins…

C’est dans la collection des boules d’amour qu’elle a utilisé le cacholong.

Si les boules d’amour nous ramènent bien indirectement dans l’univers japonisant de Marc Auclert, d’une toute autre manière, elles font surtout une très jolie monture pour cette bague en or jaune, enserrant un gros cabochon de 65 carats de cacholong.

Bague cacholong et or jaune par Garnazelle

Bague cacholong et or jaune par Garnazelle

Un bijou à la fois très joli, très féminin, et plein d’un humour discret…

Quelle est votre opale préférée ? Pour ma part, c’est clairement celle de Marc Auclert…

<

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>