Pages Navigation Menu

Des bijoux, des parures et des joyaux

Roberto Coin, joaillier d’exception

Roberto Coin, joaillier d’exception

Vous qui me lisez régulièrement, vous avez déjà souvent vu des bijoux de Roberto Coin. Il était donc normal que je me renseigne sur le créateur de ces merveilles, et que j’essaye de vous faire connaître un peu mieux l’artiste derrière les bijoux.

Quatorze ans dans l’hôtellerie de luxe

A priori, rien ne destinait Roberto Coin à devenir l’un des plus grands joailliers contemporains. Né à Venise, le 25 juin 1944, dans une Vénétie encore sous la lourde tutelle de Mussolini et des allemands, il perd son père en 1951. Quatre ans plus tard, il est envoyé en pension, en Suisse, à la fameuse et très sélect École Hôtelière de Lausanne.

Bracelets et bagues "Gold is back"

Bracelets et bagues « Gold is back » de Roberto Coin

Diplômé à l’âge de dix-huit ans, il s’exile dans les îles anglo-normandes, fait ses classes dans un grand hôtel, avant d’ouvrir son propre établissement à l’âge de vingt-quatre ans.

Nul doute qu’il ait, durant ces années, rencontré de nombreux futurs clients de ses ateliers de joaillerie !

Le retour en Italie et la création de Roberto Coin

Roberto Coin est un homme pressé, et surtout un homme qui aimait la mode, la beauté, qui avait envie de faire autre chose. A trente-deux ans, il décide de changer radicalement de vie, vend son établissement et rentre en Italie.

Il s’installe à Vincence, la ville d’Andrea Palladio, l’architecte de la Renaissance, et sans doute le seul architecte au monde à avoir vingt-quatre réalisations classées au patrimoine mondial de l’humanité. Il y crée sa société, qui porte son nom, en 1977.

Il commence par travailler en sous-traitant pour d’autres marques de joaillerie, apprenant, selon ses mots « tout ce qu’il pouvait de qui que ce soit qui avait quelque chose à lui apprendre« .

En 1984, il commence à créer des bijoux, toujours pour d’autres.

La création de la marque Roberto Coin, en 1996

Enfin, à cinquante-deux ans, il se sent prêt à lancer sa propre marque.

Logo de Roberto Coin

Créateur prolifique, il dessine d’abord environ cent-cinquante pièces par an, pour passer maintenant à environ six cent pièces. Si la majeure partie sont des bijoux de haute joaillerie, comme ceux que je vous montre ici, il crée aussi, avec le même sens de la beauté et le même amour des formes, des bijoux moins chers, et accessibles à un plus grand nombre de femmes.

Saviez-vous, par exemple, que certains de ces bijoux peuvent être achetés sur le net ?

Le succès est extrêmement rapide. Au bout de quatre ans seulement, Roberto Coin est devenue la septième marque de joaillerie la plus connue aux Etats-Unis, et en 2002, la marque est classée troisième au niveau mondial, et première marque de joaillerie italienne. Il reçoit de nombreux prix, comme les Andrea Palladio International Jewellery Awards en 2013.

Roberto Coin est aujourd’hui une entreprise familiale où travaillent Pilar, sa seconde épouse, et ses deux enfants, nés d’un premier mariage.

Appassionnata et le rubis de Roberto Coin

Sa première collection, qui est encore présente sur son site, porte le nom d’Appasionnata, un mot qui veut dire, bien sûr, « fervent », « passionné », mais aussi « amateur » au sens noble du terme,  celui qui aime.

Bracelet Appassionata

Bracelet Appassionata, un des premiers bijoux signés Roberto Coin

Ces bagues et ces bracelets sont à la fois sobres et précieux, en or rose ou jaune représentant un simple cannage, ornés de quelques diamants… des motifs intemporels, qui peuvent être portés à toute heure du jour et de la nuit.

Le rubis à l'intérieur du bracelet Appassionata de Roberto Coin

Le rubis à l’intérieur du bracelet Appassionata

C’est à cette occasion qu’il choisit comme « signature » un petit rubis, qu’il va enchâsser à l’intérieur de tous ses bijoux et qu’il intégrera dans son logo.

Pourquoi le rubis ? Parce que, pour lui, il s’agit de la reine des pierres précieuses. Roberto Coin est fasciné par les légendes qui entourent le rubis, une pierre porte-bonheur qui apporte paix, longévité, santé et bonheur. Se rappelant que, dans les temps anciens, les femmes pensaient que les rubis favorisaient la fertilité, et que les guerriers birmans glissaient des rubis dans des incisions à même leur peau, pour se protéger des blessures, il réunit ces deux pratiques dans un petit rubis inséré à l’intérieur des montures de ses bijoux, et porté ainsi à même la peau.

Ce rubis est dédié à chacune des femmes qui aiment et portent une des créations de Roberto Coin, un petit cadeau secret, un souhait de bonheur….

La joie de vivre

« En français dans le texte », la joie de vivre est un des leitmotivs de Roberto Coin, le nom générique qu’il pourrait donner à ses collections, une expression dont il dit qu’elle définit parfaitement ses créations : des bijoux nés du désir d’expérimenter avec la lumière, les formes et les couleurs.

Cette joie de vivre se retrouve sur les photos de Roberto Coin, qu’il soit seul ou avec des femmes magnifiques qui portent ses créations.

Portrait de Roberto Coin

Portrait de Roberto Coin

C’est une stratégie marketing qui porte ses fruits : arborées par les « people », ses pièces se font connaître, et se retrouvent autant dans les pages des magazines de mode que dans la presse mondaine.

Beaucoup de ses bijoux sont éclatants de couleurs, lumineux, presque fruités…

Bague Shangaï

Bague Shangaï de Roberto Coin, version péridotite

Le bestiaire

Bague Lion de Roberto Coin

La bague Lion de Roberto Coin, une exclusivité pour le Basel World

Il se détache peu à peu de la tradition d’orfèvrerie de Vincence, dont Appassionnata était l’expression. Il garde l’exigence d’excellence, mais se tourne vers des créations bien différentes, qui composent aujourd’hui un bestiaire magnifique et précieux.

Je vous ai déjà montré ses tigresses, dont je raffole, mais son bestiaire comprend de nombreux autres animaux, et il créé en permanence de nouveaux bracelets et de nouvelles bagues. Dans la série des bestiaires, il y a eu récemment, par exemple, la magnifique bague « Lion » créée en exclusivité pour le salon BaselWorld, ou ces adorables petits caméléons, en saphirs bleus ou noirs, respectivement ornés de tsavorites et de diamants.

Beaucoup des pièces du bestiaires sont créées en séries limitées, à l’occasion d’un événement. C’est le cas aussi des dragons qui avaient été dessinés en l’honneur d’un nouvel an chinois. D’autres sont fréquemment renouvelées, présentées avec de nouvelles pierres…. Mais toutes ont la même « signature », un bracelet ouvert, assez long, qui se termine par la tête de l’animal.

Bracelet qui peut être recouvert de pierres, ou en or, comme les écailles des dragons ou de Nemo.

Deux des caméléons de Roberto Coin

Deux des caméléons de Roberto Coin

Les pièces uniques

En haute joaillerie, Roberto Coin se fait régulièrement plaisir, et produit aussi des bijoux « hors collection », des pièces de prestige, de véritables chefs d’oeuvre.

Son collier tourmaline est l’un d’entre eux :

"Pièce Unique" de Roberto Coin

« Pièce Unique » collier fait de milliers de tourmalines, par Roberto Coin

Ce sont pas moins de quarante-huit rangs de petites tourmalines qui ont été montées, représentant en tout 565 carats. Imaginez-vous le temps et la patience nécessaires pour trouver des pierres aux tonalités parfaitement assorties, les tailler, les monter ?

Le fermoir est, en lui-même, un bijou, délicatement ouvragé, orné de diamants blancs montés sur or rose. Il porte, bien sûr, le fameux petit rubis. Et j’avoue que si j’avais la chance de pouvoir porter ce splendide collier, le fermoir serait bien mis en évidence !

La cinquième saison

Tout à fait à l’inverse, Roberto Coin fait aussi des bijoux « pour [presque] toutes les femmes ». C’est sa collection « Cinquième Saison« , qu’on trouve aussi en vente sur de grands magasins sur internet.

C’est en 2011 que Roberto Coin lance cette collection, avec ses premiers bijoux fabriqués en argent. « Cinquième Saison » reprend les grands thèmes des collections de Roberto Coin, en les adaptant pour des prix doux. On y retrouve donc les Mauresques, Appassionnata, Primavera… Ainsi ce bracelent manchette reprend les motifs d’Appassionata.

Manchette "Cinquième Saison" de Roberto Coin

Manchette « Cinquième Saison » de Roberto Coin

En expliquant pourquoi il avait lancé cette collection, Roberto Coin déclare :

La joaillerie doit être connectée à des femmes, dépendre d’une attitude, et non pas être un concept idéal. Le nom même « Cinquième Saison » fait référence à une femme dont le sens du style évolue.

Devant le succès, la collection comprend désormais quelques pièces en or, la majorité restant en argent, comme ce bracelet « Mauresque« .

Bracelet Mauresque de Roberto Coin en argent

Bracelet Mauresque de Roberto Coin, version « Cinquième Saison »

On y retrouve les motifs ajourés du bracelet de haute joaillerie, mais simplifiés, en argent au lieu de platine, et sans les diamants. Cela reste une très belle pièce, mais elle est abordable (au fait…. mon chéri ? )

Et pour continuer à vous plonger dans le monde de Roberto Coin, je vous ai sélectionné quelques liens :

Dans cet article :
<