Pages Navigation Menu

Des bijoux, des parures et des joyaux

La Veuve Noire de Fabergé, mythe ou (télé) réalité ?

La Veuve Noire de Fabergé, mythe ou (télé) réalité ?

Une explosion soudaine dans les stats de visites, sur la page parlant de Fabergé. Pourquoi ? Il a fallu peu de temps pour comprendre que la source était un épisode de la série « Les Rois des Enchères » ou « Prêteurs sur gage » (en version originale Pawn Stars) qui parlait d’une broche « de Fabergé » représentant une araignée, une veuve noire.

Autant dire que le mot clé « Veuve Noire Fabergé » m’interpellait plutôt, avant d’avoir déroulé la pelote. La production de la Maison Fabergé jusqu’à la Révolution Russe est bien connue, même si une partie des livres d’inventaires et des facturiers a disparu. Bien sûr, beaucoup d’objets décoratifs sont sortis des ateliers de Saint Pétersbourg, mais les grandes pièces, les bijoux, les oeufs, ont été depuis longtemps répertorié, même quand le joyau a disparu, avec les vicissitudes de la révolution russe.

La Veuve Noire de Fabergé chez « Les Rois des Enchères »

Pour ceux d’entre vous qui arriveront sur cet article après avoir visionné l’épisode, désolée du rabâchage, vous pouvez tout de suite aller à la suite. Pour les autres, « Les Rois des Enchères » est une émission de télé réalité américaine et qui montre la vie quotidienne dans une boutique de la ville de Las Vegas où les gens apportent les objets les plus variés à expertiser. Dans l’épisode 16 de la saison 3, « Une tête réduite« , Rick, un des personnages, affirme qu’une broche représentant une araignée est un bijou de Fabergé. Le propriétaire en demandait 2000 $, Rick, qui affirme avoir une conscience, lui en donnera 15.000 $.

Vous pouvez voir l’épisode sur DailyMotion (l’expertise de la broche commence à trois minutes du début) :

 

 

Belle histoire, qui fait rêver de trésors familiaux trouvés dans un grenier. Mais qu’en est-il en (télé) réalité ?

Le prix d’une broche de Fabergé

Broche en forme de fleurs

Une jolie broche Fabergé, avec trois très belles turquoises et trois diamants.

Je vous rassure tout de suite : quand on regarde sur des sites de vente aux enchères comme 1stdibs à quel prix se négocient les bijoux de Fabergé on voit tout de suite que la somme de 15.000 $ est très basse pour une broche ornée de nombreuses pierres précieuses, très élevée pour un bijou en émail comme Fabergé en produisait beaucoup.

En tout cas pour des bijoux anciens, un simple petit œuf émaillé est ainsi mis à prix pour 17 500 $, une broche assez simple ornée de trois petits diamants et de trois turquoises est proposée pour 8700 $, une autre broche, toujours en émail, ornée de quatre petits rubis est mise à prix à plus de 71 000 $.

Un brocanteur va essayer de faire une marge de 100 % à 200 % sur son prix de d’achat. Cela veut dire qu’il espère vendre cette broche entre 30 000 et 45 000 $… Est-ce crédible ?

Les thématiques de Fabergé

Oeuf ancien de Fabergé, monté en pendoloque

Un oeuf ancien, en émail tricolore. A l’honneur de l’entente franco-russe ?

Mais surtout, en parcourant les sites d’enchères comme Christie’s ou Sotheby’s on voit aussi que l’araignée n’est pas du tout le type de sujet que Fabergé utilisait dans ces objets décoratifs. Et c’est parfaitement normal ! À la fin du XIXe siècle, le gothique n’était pas encore à la mode, on parlait plutôt de romantisme, l’araignée n’avait pas la même prépondérance dans cette thématique qu’aujourd’hui dans le gothique.

Des fleurs, des oeufs, des oiseaux, des petits animaux comme des écureuils, des grands animaux, comme des éléphants… Tout cela entre dans les thématiques de Fabergé. Mais exceptionnellement les araignées !

C’est d’ailleurs ce qu’a indiqué Tatiana Fabergé, l’arrière petite-fille de Carl Fabergé, qui a très largement contribué au renouveau de la marque dans le domaine de la Haute Joaillerie. Dans une lettre envoyée au Time, en 2010, au moment de la diffusion originale de l’épisode aux Etats-Unis, elle dit clairement que

La rumeur d’une broche de Fabergé en forme d’araignée est fausse et infondée. Des broches à huit pattes ne correspondent pas à la vision créative du joaillier

(jolie litote…). Or Tatiana Fabergé a passé plus de dix ans à écrire un livre sur l’histoire de la Maison Fabergé. On peut penser qu’elle est assez experte !

La maison Fabergé, à l’époque de la Russie Tsariste comme aujourd’hui, a trois sources d’inspirations principales :

  • le monde végétal et les études de fleurs
  • le folklore russe, avec ses légendes et la culture traditionnelle russe, avec, par exemple, les kokoshniks
  • le fauvisme et l’esthétique des nouveaux artistes russes, pour les toutes dernières années de la production pré-révolutionnaire

Une commande ad-hoc ?

Carl Fabergé travaillait aussi sur commande, on pourrait imaginer qu’un de ses riches clients lui ait commandé cette broche hors-normes. En dehors du fait qu’on en avait, jusqu’à maintenant, trouvé aucune mention, on peut s’interroger sur la vraisemblance de cette commande. On trouve effectivement des broches représentant des araignées, surtout à partir du début du XX° siècle.

Mais celles-ci sont généralement faites pour mettre en valeur une perle, une goutte d’ambre particulièrement belle qui constituera le corps de l’araignée. Ce n’est pas le cas de la broche présentée dans « Les Rois des enchères ». Voici un bon screenshot de la broche examinée dans l’émission :

Screen shot des Rois des enchères

La veuve noire dans les mains de Rick

Il s’agit d’une broche en émail noir et en or rose, ornée de petits diamants et saphirs.

Il est d’ailleurs assez drôle de voir qu’il existe de nombreuses « versions » de cette broche, présentées comme l’originale sur Pinterest, alors que ce sont de pâles copies…

Une autre broche, similaire, attribuée à Henrik Wigström

Broche araignée vue de profil

La broche attribuée à Fabergé, vue de profil

On trouve sur ebay une broche très similaire, mais avec un corps en émail guilloché rouge. Elle est vendue comme attribuée à Henrik Wigström, le principal maître orfèvre et chef d’atelier de Fabergé, avec un poinçon HW. Pour un prix de 3.500 $.

Si le poinçon HW identifie effectivement les travaux de Wigström, que ce dernier, en tant que maître-orfèvre, pouvait créer pour son propre compte ou pour la maison Fabergé, on voit bien un second poinçon à côté. Personnellement, je n’arrive pas à lire un HW ni à reconnaître l’autre poinçon, mais j’ai du mal à croire que le vendeur mente aussi grossièrement. Le troisième poinçon, le 56 pose aussi un problème : si l’or 14k était bien marqué ainsi, normalement, le chiffre était accompagné d’un symbole russe représentant la ville.

Vue de l'attache de la broche avec les poinçons.

Les poinçons sous la broche attribuée à Fabergé

Néanmoins, acceptons que cette broche soit authentique, elle va pouvoir nous permettre de faire la comparaison avec la broche de l’émission.

En effet, si on part sur le principe que la broche de l’émission est une « copie Fabergé » authentique, de l’époque pré–révolutionnaire, alors, selon le principe de fonctionnement des ateliers Fabergé, elle doit être quasiment identique et présenter la même qualité de finition des détails.

Gros plan de la Veuve Noire avec la fibule

Détail des attaches de la « Veuve Noire’

Or déjà, on ne voit pas sur l’attache de la broche la légère déformation liée au poinçon.

Vue arrière de la broche attribuée à Fabergé

Arrière de la broche attribuée à H. Wigström

Ensuite, la qualité du travail est bien moins fine. Au lieu du système d’ailes compliquées de la broche de Fabergé, à deux étages, avec les ailes supérieures en émail, on a juste une seule aile en platine ajouré.

Vie arrière de la broche de Pawn Stars (Screen Shot)

Vue arrière de la broche de Pawn Stars

Mais surtout, le sertissage du corps de l’araignée, en émail ou en pierres dures, est beaucoup plus épais grossier, avec des griffes, que sur la broche authentique. Le corps est recouvert d’une forme en platine assez lourde qui cache presque toute la pierre. Au contraire sur la broche d’origine la décoration est légère et laisse apparaître les mailles.

Finalement la pierre centrale qui est située sur l’attache du corps à la tête est beaucoup plus grosse, déséquilibrant le dessin.

Une broche qui est une reproduction d’un dessin des années 1800, vendue 6.500 $ !

Broche en forme d'araignée

La broche de Pawn Stars, telle qu’elle apparait sur Torgsynjewellery

Personne n’a jamais vu passer en salle des ventes la broche. Cela ne veut pas dire qu’elle n’ait pas été vendue directement, mais, Google étant un oracle capable de retrouver tout, j’ai finalement vu cette broche, mise en vente sur un site américain, avec un descriptif clair :

Cette broche exceptionnelle et fantastique montre tous les détails de l’araignée dans un filigrane très fin. C’est une reproduction d’un vieux dessin (des années 1800), montée sur or rose 14 carats. Les saphirs, les diamants et l’émail noir créent une pièce surprenante et élégante. Elle mesure 3.5″ x 3″.

Ceci est une description honnête. Elle tue dans l’oeuf tout lien avec Fabergé (la boutique de Saint Petersbourg n’a été ouverte qu’en 1842) et surtout toute estimation fantaisiste. Les 15.000 $ sans marge tombent à 6.500 $. Reste la question de savoir de quand date la copie…

Réanalysons la vidéo

De deux choses l’une, ou bien le roi des prêteurs sur gage a fait une des plus mauvaises affaires de sa vie, ou bien la séquence était de la pure fiction…

Deux choses m’ont fait tilté. D’abord la phrase

quand on parle de Fabergé, on dit Pierre-Carl Fabergé

Rien n’est moins vrai. Les ateliers Fabergé avaient des centaines d’employés, des maîtres orfèvres qui créaient aussi pour leur propre compte, enfin des filiales à l’étranger, en France, en Angleterre. Si les pièces les plus belles étaient obligatoirement réalisées dans les ateliers de Saint Pétersbourg, les petites pièces (ce qu’on appellerait aujourd’hui les goodies) étaient souvent faites sur place. Et c’est encore moins vrai aux Etats-Unis, ou la maison Fabergé a perdu le contrôle de sa marque après la révolution russe, jusqu’à une époque très récente. Fabergé servait à vendre des parfums, des produits de toilettes et des bibelots de mauvaise qualité…

Mais surtout, on voit l’écrin.

Voici un screenshot montrant le marquage en gros plan :

Screen shot de Pawn Stars

Gros plan de la marque de l’écrin

Et voici un écrin original, trouvé chez Le Gemmologue (l’article montre aussi un autre écrin) :

Un écrin original en cuir et tissu avec la marque fabergé

Ecrin original de Fabergé, via Le Gemmologue

A la différence de l’écrin de l’émission de télévision, il est en russe. Et recouvert de cuir, comme les écrins de l’époque (celui de l’émission de télévision semble être recouvert de tissu). Le nom inscrit est simplement « Fabergé », pas « C. Fabergé ». L’orthographe « joailler » est très récente, à l’époque de Carl Fabergé, on écrivait « joaillier » en français …

En conclusion ?

Même s’il est possible que la première broche (celle vendue sur Ebay avec le corps en émail rouge) provienne effectivement des ateliers d’un des maitres-orfèvres de Fabergé, en ce qui concerne la broche présentée dans cette émission, Tatiana Fabergé a parfaitement raison : ce n’est pas un bijou de la véritable Maison Fabergé. La qualité n’est pas là, beaucoup d’indices prouvent qu’il s’agit, au mieux, d’une broche copiant un dessin existant, sans doute plus récente, les mentions sur l’écrin font même penser à un faux.

Le prix donné dans l’émission est largement surestimé, même pour une véritable broche Fabergé.

A mon avis, c’est un fake, un coup monté par les prêteurs sur gage pour doper leur célébrité et passer pour des gens particulièrement honnêtes, qui évaluent « en conscience » les objets qu’on leur apporte, même quand le propriétaire est ignorant.

<

Un commentaire

  1. Tout à fait d’accord
    de plus étant fan de PAWN STARS
    Rick n’aurait jamais surenchéri surtout de 13000 $
    et de plus il ne se risque jamais à ce point là
    meme pour des montants plus modiques et fait toujours
    appel à ses différents experts.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>