Pages Navigation Menu

Des bijoux, des parures et des joyaux

Un gant blanc pour la vente de Lauren Bacall

Un gant blanc pour la vente de Lauren Bacall

J’ai assisté en ligne à plusieurs moments de la vente de Lauren Bacall. C’était une grande première pour moi, « assister » à une vente aussi importante qui se tenait à New York. C’était à la fois impressionnant, de voir les dollars défiler, et frustrant, car malgré la vidéo, on ne ressent pas réellement l’ambiance dans la salle, on ne voit que le commissaire priseur, dans un tout petit écran !

J’avais choisi d’assister au début de chacune des quatre sessions (la vente s’étalait sur deux jours) et, bien entendu, à la totalité de la vente des bijoux.

J’ai vu les statues de Robert Graham partir à plus du double de leur estimation, j’ai raté par contre l’objet le plus cher, une gravure d’Audubon, représentant un pélican, qui a été adjugée pour 173.000 $.

Deux cabochons de saphirs enchassés dans une monture en or

Ces boucles d’oreille en or et saphir par Darlene de Sedle se sont vendues à 5.500 €

Les bijoux constituaient une toute petite partie de la vente : seulement trente lots sur sept cent quarante, et on était très loin des prix records de certaines ventes. Malgré tout, l’impact people a joué, et les prix ont été largement supérieurs aux estimations. Si on prend les boucles d'oreilles de Darlene de Sedle, par exemple, elles sont partis entre 4.000 et 5.500 €, alors qu’une paire de bracelets en or et améthyste n’avait pas atteint les 6.000 dollars lors d’une vente en ligne de bijoux ayant appartenu à Elizabeth Taylor, en novembre 2011.

Sans surprise, les pièces les plus chères ont été les bijoux signés par Jean Schlumberger :

Des émeraudes, améthystes et saphirs attachées à une monture en forme de croisillons

Paire de boucles d’oreilles par Jean Schlumberger pour Tiffany

  • le bracelet en or tressé a été vendu 34.600 €
  • et le bracelet qui fait la paire, avec diamants, a été vendu 46.100 €
  • le bracelet en émail et or a été vendu 32.300 €
  • la paire de boucles d’oreilles en or, avec émeraudes, saphirs et diamants, estimée entre 5.900 et 7.600 € a été vendue 20.700 €
  • la bague améthyste et turquoise a été vendue 48.500 € (pour une estimation haute de 10.000 €)

La très belle broche émaillée d’Elisabeth Gage qui montrait un dromadaire a été vendue 22.000 €, entre quatre et cinq fois son estimation initiale ! Elle était accompagnée de dessins préparatoires.

Broche en or et émail incrustée de diamants et d'une perle baroque représentant un dromadaire harnaché.

Dessinée spécialement pour et en collaboration avec Lauren Bacall, cette broche en or et émail s’inspire des bijoux des maharadjahs

Les autres bijoux Tiffany ont aussi fait des beaux résultats, en particulier le collier en or avec les coeurs, qui a été adjugé à plus de 48.000 € pour une estimation initiale qui ne dépassait pas les 7.600 € !

Collier en or 14 carats par Tiffany

Collier formé de plusieurs chaînes auxquelles sont accrochés 43 coeurs gravés.

Le collier en or et émail avec le pendentif en turquoise que j’aime tant a été vendu presque 29.000 €, presque six fois son estimation :

Collier présentant un beau pendentif en turquoise ayant appartenu à Lauren Bacall

Collier à gros pendentif en turquoise accroché à un tour de cou en or et émail noir.

Mais le résultat le plus surprenant, ou le plus chargé par la valeur affective, reste le prix d’un ensemble « en toc », un collier et des boucles d’oreilles de théâtre en strass qui a été vendu 4.800 € pour une estimation initiale de l’ordre de 200 €.

Et le gant blanc, alors ?

Lauren Bacall et Marilyn Monroe

Lauren Bacall en gants de soirée blancs, à la première de « Comment Epouser un Millionnaire »

Une vente au gant blanc, ou White Sale Glove est une enchères où tous les lots sont vendus

C’est une expression anglaise. Quand tous les lots sont vendus, ce qui reste malgré tout rare – surtout dans une vente marathon avec plus de 700 lots comme ici – à la fin de la vente on apporte au Commissaire Priseur un gant blanc pour l’honorer, et une bouteille de champagne.

On ne sait pas très bien d’où vient l’usage. Je ne l’ai jamais vu pratiqué dans une salle des ventes française.

Je l’interprète comme la remise d’un ses symboles de la profession : après le marteau, les personnes qui vendent des oeuvres ont absolument besoin de gants blancs, pour les manipuler, et comme un accessoire pour « sabrer » élégamment le champagne.

<

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>